Adaptation Radicale francophone

image Mains_logored.png (9.2kB)

image 20211127_09_44_46YesWikiAdaptationRadicale___ADAPTATION_RADICALE___POUR_AVANCER_ENSEMBLE__33pc_.png (0.1MB)
Voir la vidéo


« T'inquiète on gère » ...
COP Bla Bla Bla


La COP 26 s'est terminée à l’inverse de celle de Paris, par les larmes de son président Alok Sharma ne cachant pas sa déception du résultat, s'excusant et se disant désolé. Sans doute est-ce sincère, à la mesure des attentes et des enjeux déçus, à la mesure des croyances investies depuis des années par les populations attentives et savamment entretenues par ces discours politiques auto-justifiés. Comment ne pas non plus succomber aux analystes, experts, envoyés spéciaux déployant dans des élans de positivité, et de complicité parfois, un art de traquer les petites phrases et avancées « significatives » qui permettraient d'espérer jusqu'à la prochaine COP… jusqu’à ce qu’il apparaisse clair que la réalité tourne le dos aux objectifs, que les courbes des émissions continuent à croitre... Alors des larmes de crocodile sincères ? !

Faut-il embrayer dans ce sens, chercher à lire entre les lignes une lueur d'espoir alors que l'horizon de la « catastrophe » est déjà là ? Où faut-il à la manière de Greta Thunberg résumer par un « COP blablabla » ?
On peut aussi écouter Adélaïde Charlier, porte-parole francophone du mouvement Young for climate en Belgique interviewée par Pierre-Paul Renders dans sa série de podcast « Des arbres qui marchent », qui se moque avec une férocité adorable et lucide des dirigeants politiques comparés à des ados répétant « T'inquiète on gère… » (voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=ERHge4r3Vns&t=26m05s)


Alors, si nous n'avons plus le dispositif des COP pour espérer que nous reste-t-il ? Oui c'est bien la question ; et celle-ci peut nous révèler que la terre se dérobe sous nos pieds. On comprend alors comment ce qui peut apparaitre comme une impasse de la voie politico-diplomatique peut être une source de l'éco-anxiété chez les jeunes en particulier. Elle remplit davantage encore les cœurs et les esprits, que les colonnes des journaux égrenant cette vérité dérangeante que les deux tiers des jeunes ne font pas confiance aux dirigeants pour régler le problème climatique et qu'ils mentent.

Peut-on régler le problème ? Ne faut-il pas s'adapter radicalement, bifurquer ?!

En quelques mots c’est quoi?



L’Adaptation radicale est un programme, un cadre et une communauté pour les personnes qui anticipent un effondrement de la société au cours de leur vie et qui veulent rester engagées et utiles plutôt que de retourner à l’évitement et au déni. Elle est née à la suite d’un article de Jem Bendell en juillet 2018, article téléchargé plus d’un million de fois, actualisé en 2020 et disponible dans de nombreuses langues.
Lancé en avril 2019, le Deep Adaptation Forum (DAF - en anglais) implique une petite équipe de collaborateurs qui soutient plus de 100 bénévoles du monde entier, impliqués dans l’interaction, de plus de 15 000 participants, dont quelques centaines de francophones.
De nombreuses initiatives bénévoles sont en cours pour aider les gens à faire face à leurs émotions et à trouver de nouvelles façons de vivre avec gentillesse, créativité, sagesse et responsabilité, en cette période de turbulences croissantes.

Un mot de Jem Bendell




Traduction : UnMotDeJemBendell

Les valeurs de l’Adaptation radicale


La compassion Nous cherchons à revenir à la compassion universelle dans tout notre travail et nous nous rappelons les uns aux autres de remarquer en nous-mêmes quand la colère, la peur, la panique ou l’insécurité peuvent influencer nos pensées ou nos comportements. Il est également important de se rappeler de prendre soin de soi, surtout lorsque l’urgence de la situation peut facilement mener à l’épuisement professionnel.

La curiosité Nous reconnaissons que nous n’avons pas beaucoup de réponses sur des questions techniques ou politiques spécifiques. Notre objectif est plutôt de fournir un espace et une invitation à participer à un dialogue constructif, fondé sur la bienveillance et la curiosité. Valoriser la curiosité nous invite aussi à remettre en question certaines des hypothèses enracinées ou " invisibles " qui sous-tendent notre vision du monde. Par exemple, l’anthropocentrisme implicite de la notion d’" effondrement sociétal " est-il utile ? Comment pouvons-nous reconnaître et contrer le privilège qui sous-tend souvent cette discussion ?

Le respect Nous respectons la situation des autres et quelle que soit la façon dont ils réagissent à notre situation alarmante, qu’ils apprennent pour la première fois qu’un effondrement est imminent ou qu’ils le vivent déjà. Nous cherchons à construire et à entretenir des espaces soutenants et inclusifs pour une adaptation radicale.

Les 4 R pour comprendre


L’approche de l’adaptation radicale à notre situation invite à des conversations et des initiatives qui répondent à quatre questions. Elles ne sont pas impératives et devraient simplement servir d’outils de discussion.

Résilience : Qu’est-ce que nous valorisons le plus que nous voulons garder et comment ?

Renoncement : Que pourrions-nous lâcher pour ne pas empirer les choses ?

Restauration : Que pourrions-nous ramener pour nous aider à traverser cette période difficile ?

Réconciliation : Avec quoi et avec qui allons-nous faire la paix en nous éveillant à notre mortalité mutuelle ?

Voir la page dédiée aux 4R : les 4R

L'Adaptation radicale francophone

--> notre raison d'être

Devenir membre de l'ARf

Pouvoir nous rencontrer localement nous apparait important pour tisser des liens d'interconnaissances et échanger sur toutes les questions posées pour "faire face collectivement aux effondrements". Pour cela il est intéressant de se situer sur le territoire, car c'est là que les choses se passent.
Nous vous invitons donc à vous enregistrer sur cette carte, comme sympathisant ou déjà si vous le sentez comme "membre".


la cartographie des contacts publics

110 item(s) corresponding to your filters
Cartographie membres